Chine round 2 !

De retour en Chine pour un deuxième mois sur place que nous envisageons différemment du premier… Autant notre premier mois ici nous a transporté du sud au nord puis enfin vers le Vietnam sans que l’on prenne vraiment le temps de se poser, emportés par la quantité de chose à voir au quatre coins du pays nous en oublions de prendre le temps… Un premier mois donc frénétique, intéressant et palpitant à la fois mais dont résulte tout de même une certaine fatigue et beaucoup, beauuuucoup de temps passé dans les trains ! Une dizaine d’étapes, deux fois plus de train, bus et transports divers et un peu plus de 6000 km avalés uniquement par voie terrestre, autant dire qu’on a vu du pays ! Mais pour la suite une envie de reprendre un rythme plus calme reprend le dessus et nous décidons donc de limiter les étapes… Après un grand tour du centre ouest campagnard, c’est une découverte des grandes villes que nous visons avec Shanghai comme ultime étape puisque c’est  par là que nous prévoyons de quitter le pays !

Notre première étape de cette seconde partie de voyage en Chine est Guangzhou (Canton pour les francophones que nous sommes !)

Pas spécialement parce que nous désirions vraiment visiter cette ville ou revenir près de Hong Kong dans une région que nous avons déjà traversé, mais simplement parce que nous y sommes invités par Benoit rencontré presque deux ans plus tôt lors de notre passage en Indonésie et que ça nous fait plaisir de le revoir et de découvrir son quotidien de français vivant en Chine depuis plusieurs années ! On ne sera pas déçus du voyage puisqu’à peine arrivé on a comme l’impression de retrouver, en lui et sa compagne, de vieux amis… Même si de Canton nous n’avons finalement pas visité grand chose on aura vraiment apprécié cette petite pause en « milieux francophone » profitant du confort d’un chez soi qui n’est pas le notre mais dans lequel nous sommes chaleureusement accueillis !

Après trois nuits sur place nous repartons direction Beijing (Pékin) un peu frustrés de ne pas trouver de train avec des places disponibles… A peine deux semaines hors de Chine et on oubliait comment le pays est peuplé ! En cette période de milieux d’été, c’est aussi les vacances ici et trouver un billet pour traverser le pays de Canton à Pékin relève de la chose impossible. C’est après plusieurs tentatives, après avoir remanié l’itinéraire,envisagé de partir plus tard, après avoir cherché en gare et sur le net que nous finissons par nous résigner à repartir en avion pour ne pas avoir à rester deux semaines sur place en attendant un train qui pourrait avoir des places disponibles… Ce que nous pensions faire en 24h de train sera plié en 3h de vol et nous atterrissons à Pékin dans la foulée…

C’est une petite frustration que de devoir couper d’un vol un périple que nous pensions réaliser uniquement par la terre et par l’eau de Hong Kong jusqu’au Japon. Il est souvent des contraintes sur lesquelles on ne peut influer, la population en Chine et sa capacité à remplir les trains à toute vitesse est de celle ci…

C’est également très paradoxal de reprendre un avion au moment même ou on se dit qu’il nous faut ralentir… Nous avons énormément consommé ces dernières semaines, consommé des transports, des activités, des logements… Même s’il faut avouer que cela a son charme et que nous ne regrettons pas ce mois de « consommation effrénée » à travers la Chine nous sentons un vraie envie de ne plus courir, de ne plus défaire et refaire nos sacs tous les deux jours pour sauter d’un train à un bus, écumant les centres villes, les parcs et les lieux de visites… La Chine était le lieu « du retour » à notre voyage après un et demi de parenthèse en Australie, un retour au voyage que nous avons attendu (probablement plus encore que le départ initial en 2015) pendant tout notre séjour chez les kangourous. Et en repartant sur les routes nous sommes retombés dans les travers des débuts, ceux qui nous rendent difficile de faire des choix, de limiter les itinéraires, ceux qui nous poussent à courir et nous font, sans que nous ne nous en rendions compte, nous essouffler !

Il nous a fallu un bon mois pour reprendre conscience de cet étrange phénomène, une petite heure pour supprimer une bonne moitié des étapes que nous visions initialement, trois jours pour admettre que nous ne pourrions pas repartir en train, cinq minutes pour réserver deux siège dans un Canton-Pékin et à peine trois heures pour parcourir les plus 2000 km qui séparent ces deux villes…

Il y a comme de la schizophrénie dans l’air ! Et se dire qu’on sera plus vite arrivés là où nous commencerons à ralentir n’est pas pour arranger les choses…

Depuis la fenêtre de l'auberge où nous passons la nuit à Nanning...

Depuis la fenêtre de l’auberge où nous passons la nuit à Nanning…

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>