De la Birmanie à la Thaïlande… Quelques kilomètres, une rivière, un pont, une frontière et tellement de différences…!
Passer la frontière !

Rien de plus simple… Depuis la Birmanie c’est un taxi partagé depuis Hpa-An qui nous dépose à Myawady à quelques mètres des bureaux de l’immigration coté Birman.
Avant de franchir le cap nous prenons un instant pour aller échanger dans une banque nos dernier Kyats contre des dollars qui nous seront utiles pour plus tard, puis hésitons à manger quelque chose avant de quitter le pays et surtout avant de penser que nous n’avons plus de monnaie locale pour payer, c’est malin ! Ce qui règle le problème !

C’est donc à pieds et le ventre un peu vide que nous partons direction l’immigration qui se trouve à l’entrée du pont de l’amitié, (c’est son nom !) qui enjambe la rivière qui sert de frontière entre les deux pays.

Arrivés dans ce petit bureau il n’y a presque personne alors tout se passe assez vite, nous remplissons un papier, montrons nos passeport sur lequel un coup de tampon est ajouté, nous sommes pris en photos et le tour est joué.
Nous nous engageons sur le pont ou nous sommes arrêtés une dernière fois par les autorités Birmanes qui nous demandent de signer un registre et la traversée commence.

Le pont n’est pas très long quelques centaines de mètres tout au plus, nous prenons le temps de nous arrêter dans cet espace entre deux, où nous ne sommes plus dans aucun pays, pour jeter un dernier œil sur la Birmanie que nous quittons et sur la rivière qui sépare les deux nations… Puis la marche reprend vers la Thaïlande et le poste frontière que nous appercevons.

frontière

Sur le pont de l’amitié en avant vers la Thaïlande / Un œil sur la rivière qui sépare les deux pays / Un dernier regard vers la Birmanie que nous laissons derrière !

Arrivés à l’immigration en Thaïlande c’est sensiblement le même procédé qui recommence, il faut remplir un papier (penser impérativement à avoir une adresse (qu’elle quelle soit!) en Thaïlande à renseigner sur cette fiche sinon vous ne pourrez pas passer !) donner son passeport qui sera de nouveau tamponné, nous sommes encore une fois pris en photo, le passeport nous est rendu avec une exemption de visa (gratuit !) qui nous donne le droit de rester 30 jour dans le pays ! Au revoir la douane ! Bonjour la Thaïlande ! Nous voici à Mae Sot !

Les kilomètres défilent, les frontières se passent et les paysages ne se ressemblent pas…

Quelques pensées…

Il est assez impressionnant de voir comment les choses peuvent êtres différentes d’un état à l’autre alors qu’il n’y a qu’une impalpable ligne imaginaire pour les séparer…
A chaque nouveau pays cette sensation revient, quand d’un coup au sortir de l’aéroport (car nous n’avons fait que des arrivées par avion jusque là)  tout change…

Le Sri Lanka était notre premier pays d’Asie nous y arrivions complètement fatigués par de longues heures de transit, le décalage horaire et une chaleur humide à laquelle nous n’avions pas gouté en France au mois de Novembre… Tout était différent du pays précédent mais c’était alors sans surprises, nous avions bien en tête que nous changions de continent, nous nous attendions à nous émerveiller de tout, à tout voir avec un regard curieux et d’ailleurs nous ne savions pas vraiment ou donner des yeux tant tout était nouveau et différent…

L’arrivée en Inde s’est faite avec des souvenirs très frais en tête de notre séjour sur l’ile de Ceylan, nous ne pouvions nous abstenir de penser par comparaison… Ce qui nous à choqué le plus dans un premier temps furent les odeurs qui pénétraient l’habitacle du premier taxi qui nous conduisait dans Mumbai… Puis l’abondance, de bâtiments, d’humains, de déchets, de tout et n’importe quoi partout… Une grande distance nous séparait alors de notre dernière étape et tout était encore une fois dans la différence et la nouveauté. Puis au fil des semaines et des déplacement dans ce pays nous avons découvert que les choses différaient aussi beaucoup d’un état à un autre, tant dans les paysages que dans les visages des habitants… Mais une trame, les regards, les temples hindous, la crasse des rues, l’omniprésence des vaches sacrées, nous empêchaient alors de penser que nous avions changé de pays, car l’Inde même si elle nous semble emplie de multiples facettes à toujours un visage qui lui est propre en dépit de toute les variations qu’elle présente.

Quand nous débarquons de Kolkata à Yangon, le changement est radical encore une fois, bien qu’embouteillée la ville nous semble calme… Les rues sont très habitées et vivantes un peu comme elles pourraient l’être en Inde mais tout est propre…! Les gens sont souriants, les hommes et les femmes se parlent sans problème, on croise autant de femmes que d’hommes, qui travaillent, qui commercent, qui se promènent… La femme ne semble plus reléguée aux taches ménagères et à la gestion du foyer… Pendant tout notre séjour en Birmanie, (il faut avouer que l’on a été un peu marqué par un bon mois et demi en Inde du nord) nous ne pouvons nous empêcher de remarquer les sourires et la gentillesse des personnes que nous croisons, ainsi que l’amabilité avec laquelle les gens communiquent, leur facilité à plaisanter et à s’amuser !

Alors comment expliquer que le passage frontière entre la Birmanie et la Thaïlande nous semble un changement plus radical que tous les autres encore ? Probablement par le fait que cette fois nous n’avons pas transité par un aéroport qui s’appelle international parce qu’il ressemble à tous les aéroports de tous les autres pays… Probablement parce qu’en évitant ces zones aseptisées que sont les gros hubs aériens nous voyons en quelques minutes seulement un nouveau pays s’offrir à nos yeux, sans que ceux ci ait eu à contempler de longues heures les couloirs et halls sans saveur des zones de transit.

Après la traversée du pont et le passage à l’immigration un pickup nous amène jusqu’au centre de Mae Sot et en moins de 5 minutes nous nous retrouvons dans une artère bordée de centre commerciaux ou passent des véhicules rutilants…

Là il faut aussi avouer que ça fait presque 4 mois que nous n’avions pas vu autant de véhicules en aussi bon état, tout autant que nous n’avions plus mis les pieds dans une grande surface commerciale… Ici tout est climatisé, tout se vend, tout s’achète, les publicités sont partout… Nous en pensant que le matin même nous quittions Hpa-An, petite bourgade ou les denrées s’achètent au marché, où la majeur partie des véhicules est composée de deux roues et de pickup bricolés, où depuis le taxi qui nous emmenait nous avons même vu  l’entretien de la voirie se faire à dos d’éléphant, nous sommes il faut le dire, quand même un peu troublés.

La Birmanie est loin, ses femmes et ses enfant les joues poudrées de tanaka, ses hommes qui portent le longis, les sourires au dents rougis par le bétel, les odeurs de poissons séchés, les enfants qui nous saluent en riant… semblent être à des millions d’années lumières et sont en même temps à quelques kilomètres seulement…

Mae Sot est une ville frontalière qui nous apparait sans trop de charme, on devine que pas mal de commerces Birmans doivent venir s’approvisionner dans le coin ce qui expliquerait cette abondance de magasin.

Nous prenons le temps d’y observer les gens, ici plus de tenues traditionnelles, plus de chapeau pointus ou en feuilles de bananier, plus de vendeur de bétel à tous les coins de rues… Les filles et les femmes portent aussi bien des minis jupes que des tee shirt Mickey ou le voile… !

L’abondance de véhicules nous impressionne encore, tous semblent neufs ou en très bon état, la route est goudronnée, parfaitement lisse il y a même des panneaux de signalisation ! Nous repensons alors aux pistes que les bus empruntent pour descendre dans le sud de la Birmanie, aux ouvriers que nous avons vu travailler à la construction des routes, hommes et femmes apportant des graviers sur la chaussée à l’aide de petits paniers qu’ils portaient sur leurs têtes, au goudron qui était chauffé dans de grand bidons au bord du chantier avant d’être déversé à la main, à l’aide d’un arrosoir tout le long de la voie par un homme en longi et claquettes…

Nous sommes dorénavant clairement en zone industrialisée, les routes, les enseignes des restaurants dont le personnel est en uniforme, les affiches pour les produits en promotion dans toutes les vitrines et les vendeurs de deux roues que l’on trouve en nombre ne font que nous le confirmer…

Nous retrouvons ici l’indifférence des habitants des grandes villes même si Mae Sot ne semble pas si grande, nos bonjours et nos sourires ont moins de retours qu’hier encore… Il nous faudra quelques heures pour arrêter de saluer tout le monde en Birman et autant pour comprendre que les gens ici sont bien moins curieux des voyageurs qu’il ne le sont de l’autre coté de la frontière… Nous n’en voulons à personne d’être moins accueillant, nous ne sommes pas non plus déçus d’être arrivés là ; nous avons simplement besoin de quelques instants pour nous réadapter à quelque chose qui finalement ressemble plus à ce que l’on connait dans notre propre pays qu’à ce qu’on à vu ces quatre derniers mois !

Mae Sot nous y sommes ! Le reste de la Thaïlande nous allons le découvrir bientôt…
Bienvenue dans notre nouvelle destination !

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>