Chinoiseries…

Parce que la Chine est un pays plein de surprises et que nous nous en amusons beaucoup, voici une petite compilation des faits qui nous étonnent et nous interpellent le plus !

 

L’observation et le sourire !

Comment l’étranger amuse les enfants et déclenche souvent les « hellos » des plus vieux ! Au delà du fait que les chinois semblent aimer jouer et rigoler ils sourient très facilement, mais contrairement à d’autres endroit ou notre passage déclenche des sourires bien commerciaux cela ne semble pas être le cas ici. Les enfants ont souvent un air surpris quand il détectent notre présence avant d’alerter leurs parents qui jetterons dans le pire des cas un petit coup d’œil gêné dans notre direction avant de rappeler poliment leur bambin à l’ordre et dans le meilleur (le plus amusant du moins) lui murmureront de nous dire « hello » et nous feront de grand sourires et signes de la main… Les chinois parlent très peu anglais mais souvent au détour d’une rue, d’une terrasse ou d’un jardin on entend de grands « Hello » / « Allo » / « Heyo » lancés tantôt par un tout petit, tantôt par un vieillard édenté… Toujours les visages sont radieux, rieurs et comme amusés de notre présence (ou de notre allure qui sait ?) Parfois dans un moment d’attente ou de détente quelqu’un viendra à notre rencontre, souvent des jeunes qui parlent quelques mots d’anglais, pour savoir d’où on vient, nous saluer et nous souhaiter la bienvenue en Chine… Parfois on se sent observé plus ou moins discrètement, mais si notre regard croise celui de l’observateur, la plus part du temps cela se poursuit par un sourire et un signe de tête qui semble dire simplement « je te regarde parce que tu m’intrigues mais n’y voit aucune animosité ». Et parfois l’observateur vient finalement nous parler en chinois… Comme si parce qu’on savait dire bonjour on devenait capable de comprendre toute la suite, alors là on rigole, parce que répondant qu’on ne comprend rien l’interlocuteur répète plus fort ou plus doucement ou reformule… mais rien n’y fait ! Et ce dernier repart généralement en rigolant… et là allez savoir ce qu’il raconte ! On comprend rien mais souvent on se marre aussi !

[Mise a jour après avoir passé un peu plus de temps dans les grandes villes Guanghzhou (Canton) – Beijing (Pékin) et Shanghai… On notera quand même que les habitants des grandes métropoles sont plus indifférents et moins rieurs que ceux de la campagne !]

 

La curiosité et la communication…

L’art des conversations loufoques (Merci quand même aux créateurs des traducteurs !) Nous ne parlons pas chinois, on ne comprend rien à rien (« bonjour » « merci » et « français » sont les 3 seuls mots que nous connaissons (on essaye de dire « au revoir » parfois mais on ne maitrise pas vraiment ce quatrième mot !) mais le « bonjour » curieusement déclenche toujours une réponse en chinois, plus ou moins longue et que l’auteur neufs fois sur dix répétera plus doucement quand il verra qu’on a pas compris… Parfois voyant qu’on est pas capable de parler chinois certains nous ont écrit sur un papier ce qu’il tentaient de nous dire ! Comme s’il serait plus évident pour nous de lire les idéogrammes (Allez comprendre !)

On nous posera souvent la question pour savoir si on parle chinois, et la réponse par la négative semble souvent un peu décevante au yeux de nos interlocuteurs… (Sans que ce terme ne soit négatif, juste comme nous sommes aussi déçus, ou un peu frustré de ne pas pouvoir discuter plus et plus facilement, c’est le moment ou la curiosité des deux cotés est complètement bloquée et doit se contenter de l’observation sans la parole !) Ceux qui n’ont que peu de temps mettrons fin à la discussion (qui je l’accorde n’avait pas vraiment commencé) par de gentils sourires amicaux. Ceux qui ont trois mots d’anglais (comme nous avons trois mots de chinois) et un peu plus de temps à tuer sont plus persévérants et trouvent rapidement la parade consistant à utiliser les traducteurs des téléphones pour que nous puissions échanger…

Ainsi en prenant le train entre Zhangye et Guangyuang nous nous sommes retrouvés au milieux d’un compartiment rempli de jeunes militaires dans un wagon également rempli par le reste du bataillon. Les premières minutes ont été passées à échanger quelques sourires et à se sentir discrètement observés, puis le plus courageux d’entre tous (le premier à dépasser le stade des sourires timides et un peu gênés) nous a interpellé en anglais et a ainsi clairement ouvert la voie à tous les autres pour que nous commencions tous ensemble et par le biais de trois à quatre traducteurs sur téléphones interposés, à joyeusement discuter ! Ils nous offrent de gouter tout un tas de petits fruits séchés, noix, biscuits, insistent pour nous payer une boissons et se chamaillent presque pour pouvoir payer un thé et un coca… ! De deux interlocuteurs on passe alors à trois puis quatre puis six, puis finalement c’est tout notre compartiment qui se rempli, nos couchette, celle d’au dessus et les sièges dans le couloir… il y du va et vient, les rires et les questions fusent on discute pendant plusieurs heures suivant deux a trois conversations en même temps grâce au laps de temps nécessité par l’usage des traducteurs !

Mais parfois les traducteurs déconnent et c’est le quiproquo… l’un deux nous dira « hey idiots ! je vais vous chercher une boule de glace ! » au milieux d’une conversation sur notre itinéraire ! On le prend bien on rigole… Au final aucune idée de ce qu’il voulait vraiment dire et il n’y a pas de glace en vente dans le train ! Et parfois dans le sens inverse on doit leur dire des trucs improbable parce qu’ils regardent tous notre message traduit avec un air plus que dubitatif ou éclatent de rire d’un seul coup alors qu’on tentait simplement de leur demander s’il étaient à faire leur service militaire ou engagés volontaires…

Mais c’est pas grave la conversation repart toujours de plus belle ! On apprendra (dans le désordre !) qu’ils sont tous assez jeune 25 ans pour le plus vieux. Que en Chine tu ne crains rien, c’est très sur ! Qu’ils n’ont pas le droit de boire de la bière ou de l’alcool ! Qu’ils viennent d’un peu partout dans le pays ! Qu’il faut absolument manger un hot pot dans le Sichuan ! Que le poivre du Sichuan est très bon et que la nourriture de cette région est très épicés ! (on aura vite fait de constater que c’est vrai !) Que selon eux les policiers en France ne sont pas très bons ! (mais tenter de répondre à cette question sans ouvrir un débat qui sera clos dès la prononciation du mot « gouvernement » est impossible !) Qu’il ne faut rien répéter de ce qu’ils nous disent, notre conversation doit rester dans ce train ! (On partage quand même, désolée de ne pas avoir tenu parole mais je suis à peu près certaine qu’ils n’en sauront jamais rien et qu’aucun d’eux ne sera inquiétés par ce que nous révélons ici !) Que plusieurs d’entre eux rêvent d’aller à Paris ! Que la France c’est romantique (oui oui ils en sont persuadé !) Que les chinois aiment bien discuter ça aide à passer le temps pendant ces longs trajets !… et d’autres choses encore ! Et puis d’un coup, en moins de trente secondes, ils ont tous disparus…! Était ce l’heure de l’extinction des feux pour les gens de l’armée ? un ordre de leur supérieur d’arrêter de déranger les étrangers ? ou d’arrêter de le dévoiler tant d’informations ? ou étions-nous, tous ensemble, devenu trop bruyant (ce dont je doute fort vu le niveau sonore général des gens dans ce pays !) pour les autres passagers ? On ne saura jamais… Nous, ils ne nous dérangeait pas et puis on était pas vraiment prêts à dormir de toute façon… mais le mystère restera entier !

Au delà du simple fait des traducteurs qui rendent parfois les conversations complètement absurdes nous avons constatés que certain mot peuvent faire changer, radicalement, notre interlocuteur de sujet. Ainsi un autre jour alors que nous discutions voyage avec un chinois rencontré à l’auberge à Kunming, nous lui demandons s’il est autorisé à aller visiter le Tibet, la réponse que nous obtenons à été du genre « Il y a ici un plat à base de volaille épicée qu’il fait absolument que tu testes ! » Posez une question d’ordre politique et on vous répondra météo… Essayez de comprendre mieux comment la loi des enfants uniques à évolués et on vous dira qu’à Kunming le climat est doux toute l’année !

Les chinois sont très curieux et vont facilement poser plein de question ou raconter leur vie, mais si à un moment dans la conversation sont placés les mots « gouvernement » « Tibet » « police » ou « politique » (entre autres !) vous pouvez être certains qu’un nouveau sujet sera lancé dans la seconde, esquivant sans gènes aucune le problème que vous venez de poser !

 

L’art de faire simple quand on peut faire compliqué… ou plutôt l’inverse !

La parano du terrorisme (ou de on ne sait pas trop quoi d’ailleurs!) et les multiples contrôle sécurité ! La police, les gardes, l’armée… sont partout ! A l’entrée de presque tous les lieux publics liés au transports, sur les places, dans les rues… ils surveillent, stationnent, attendent … Mieux équipés que les brigades anti émeutes françaises et surtout bien plus nombreuses… Des troupes de soldats et d’uniformes, avec armes à feu et boucliers… Des véhicules de surveillances avec des caméras partout, des véhicules d’assaut avec des pare choc de tous les coté et des fenêtres protégées de grilles d’acier… Nous ça nous laisse bien perplexe… Que craignent ils ? qu’attendent ils ? encore un mystère chinois qui reste entier dans un pays ou les agressions et attaques terroristes semblent inexistantes !

Voilà ce qu’on peut voir dans toutes les villes où on se promène, mais là ou ça devient sérieux c’est quand il s’agit de prendre les transports en communs ! (Et c’est aussi clairement la partie qui nous amuse le moins !) Les entrées dans les gares ferroviaires comme routière ou même dans le métro sont presque digne d’un passage sécurité dans un aéroport ! A chaque passage les sacs sont scannés, tous les sacs sans exceptions, les humains passent au détecteurs de métaux et les liquides au détecteur d’explosif… Rien que ça ! Il est interdit d’avoir avec soi tout type d’objet pouvant couper, blesser ou être dangereux… on a ainsi du jeter à la poubelle une petite paire de ciseaux (qui était dans la poche supérieure du sac et devait être très visible au scanner !) avant de prendre notre premier train au début du séjour… [A savoir cependant : bien enfoui au milieux de la masse de tout le contenu d’un gros sac on peut toujours passer un couteau, un cutter ou une nouvelle paire de ciseaux ! Oui on est des rebelles mais on à pas envie de devoir racheter ces objets à chaque étapes !] Nous avons du transiter une fois par Pékin en avion… On vous laisse imaginer, sachant cela, le degré de pénibilité et la précision des contrôle sécurité dans leurs aéroports, un indice : si c’étaient une compétition ils seraient champions !

 

La résultante probable des deux premiers (et celle là on ne peut pas la mettre sur le compte de la curiosité !)

Ou comment on se fait réveiller par un policier au milieu de la nuit dans notre couchette du train Zhangye – Guangyuan sur les coups de 2 h du matin ! Revenons brièvement sur notre voyage en train avec les militaires : Nos compagnons de routes ont disparus depuis plusieurs heures et il fait noir dans le wagon quand une forte lumière braquée sur mon visage vient perturber mon sommeil… Je me réveille, ouvre un œil cherche mon téléphone, il est 1h50 du matin nous sommes loin d’être arrivés… keskispasse ?!? Quand une voix forte commence à parler en chinois dans ma direction je décide de vraiment me réveiller et d’essayer de voir ce qui se passe… Un type en uniforme m’éblouit à moitié et me dit des trucs incompréhensibles (hé oui ! on ne parle toujouuurs pas chinois !) puis se met à répéter « passpot » « passpot » … ok, ok ! enfin je comprend et me redresse pour lui sortir nos passeports ! Qui il est ? pourquoi ? qu’est ce qu’il veut ? …??? Aucune idée ! On a pris pas mal de train depuis le début du séjour et jamais été confrontés à ce genre de situation… Pendant que l’homme à l’uniforme et à la lampe réveille a son tour Benoit avec ses manières dignes de la Gestapo, j’aperçois assis dans le couloir un type en uniforme vert de l’armée… Lui ce n’est pas un des jeunes avec qui on parlait, il est plus vieux et il ne rigole pas… Sa présence est elle la raison de notre réveil à cette heure impromptue ou une simple coïncidence ? encore une question qui restera sans réponse ! Après quelques minutes à observer nos faciès de français endormis et pris des photos de nos passeports et visas, l’homme à la lampe repart comme il est arrivé sans autre forme d’explications… On finira par se rendormir après s’être un peu demandé ce qu’il nous voulait, en se disant qu’on verrait bien demain matin si une escorte de lutte contre l’espionnage allait nous attendre à la sortie de la gare d’arrivée… Bien entendu rien ni personne ne nous attendait en gare d’arrivée, comme nous l’avait déjà dit un des jeunes militaires :  en Chine tu ne risques rien !

 

[Pas d’images pour cet article parce que peu de cliché s’y prêtent vraiment… Mais le volume #2 arrivera bientôt et sera illustré !]

 

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>